BACK

Atelier Artel

Atelier Artel : Paul Marchesseau, Alexis Fried et Wladimir de Lantivy, le Foyer. Photographie : Lothaire Hucki, villa Noailles, 2016
Atelier Artel : Paul Marchesseau, Alexis Fried et Wladimir de Lantivy, le Foyer. Photographie : Lothaire Hucki, villa Noailles, 2016
Atelier Artel : Paul Marchesseau, Alexis Fried et Wladimir de Lantivy, le Foyer. Photographie : Lothaire Hucki, villa Noailles, 2016

Paul Marchesseau, Alexis Fried et Wladimir de Lantivy

France

École Camondo, Paris

Salon

Influencé par le mouvement Arts and Crafts au XIXe siècle, le projet invite à se réapproprier les arts décoratifs. Simples et parfois désuets, les éléments de ce décor foisonnant sont collectés dans l’environnement direct de l’habitat, à la colline et à la mer.

L’ornementation est la référence constante au contexte local dont chaque détail fournit un indice qui écrit une histoire du lieu.

Le plafond est théâtralisé par un dôme d’inspiration baroque dont les rayons de lumière traversent des bouquets de fleurs qui sèchent tête en bas. Le tapis surélevé à quelques centimètres du sol porte à contempler dans un jeu d’échelles inattendu la concentration de faune et de flore que l’on n’a plus l’habitude de regarder dans la nature. Aux murs sont exposées des espèces endémiques : insectes photographiés et oiseaux marins empaillés trouvés dans les collections du Muséum d’histoire naturelle de Toulon. Symbole de cette beauté disponible, le coquillage murex est une composante récurrente du salon. Il est placé sur une étagère, imprimé sur un tissu et sujet de la toile de Theodoor van Thulden la Découverte du pourpre qui est ici reproduite sur tablette numérique comme on pouvait le voir autrefois sur une boîte de chocolats ou un calendrier des postes.

Le trio propose une expérience sensorielle totale, faisant fi du bon goût trop étriqué pour leur ambition populaire. Il tend à démocratiser les arts décoratifs et incite à la réflexion en redécouvrant la richesse du territoire