• Villa Noailles
    Vue d'ensemble, 1929
    Photographe inconnu, carte postale
    Collection villa Noailles
  • Villa Noailles
    Vue du jardin moderne de Gabriel Guévrékian, 1928
    Planche du portfolio "Terrasses et Jardins", L'Art International d'Aujourd'hui N°4
    Photographe : Thérèse Bonney
    Collection villa Noailles
  • Villa Noailles
    Vue du parvis, 1928
    Photographe : Thérèse Bonney
    Collection privée
  • Villa Noailles
    Vue de la piscine, 1928
    Planche du portfolio "Terrasses et Jardins", L'Art International d'Aujourd'hui N°4
    Photographe : Thérèse Bonney
    Collection villa Noailles
  • Villa Noailles
    Vue des salles à manger, 1928
    Photographe : Thérèse Bonney
    Collection privée
  • Villa Noailles
    Vue du salon rose, 1928
    Photographe : Thérèse Bonney
    Collection privée
  • Villa Noailles
    Vue d'une des chambres d'ami aménagé par Djo-Bourgeois, 1928
    Photographe : Thérèse Bonney
    Collection privée
  • Charles et Marie-Laure de Noailles, Hyères, 1928
    Extrait du film de Jacques Manuel, Biceps et Bijoux
    CNC, archives du film
  • Charles et Marie-Laure de Noailles, Barcelone, 1929
    Photomaton
    Collection privée
  • De g. à d. : Henri Sauguet, Jean Desbordes, Luis Buñuel, Francis Poulenc, Christian Bérard et Alberto Giacometti durant le festival musical à Hyères, avril 1932
    Photographe inconnu
    Collection villa Noailles (ancienne collection I. Markevitch)
hyères 27
Charles et Marie-Laure de Noailles, une vie de mécènes horaires
Charles et Marie-Laure de Noailles, une vie de mécènes

Avec son nouvel accrochage, l'exposition permanente « Charles et Marie-Laure de Noailles, une vie de mécènes » continue à interroger sa place au sein de la villa, soit un processus anti-muséographique qui tente de mettre le passé dans la perspective de notre temps. Née il y a quatre ans, cette présentation d'environ 200 documents, plans, oeuvres, meubles, objets, films, bandes sonores occupe la totalité du bâtiment initial dessiné par Robert Mallet-Stevens en 1924 ainsi que le salon rose (1927) soit environ 200m2. Elle répond à la fois au besoin de retracer l'histoire de la villa mais également de la situer dans l'incroyable trajectoire de deux personnages étonnants : Charles et Marie-Laure de Noailles, riches aristocrates qui auront consacré une part de leur existence à soutenir par tous les moyens la création et la pensée. Une collection, certes modeste mais qui s'enrichit progressivement, constitue le noyau de cette exposition. Elle est soutenue par de nombreux prêts et dépôts exceptionnels provenant autant d'institutions publiques que de collectionneurs privés. Elle s'organise librement en association à travers différents niveaux : disciplines (arts, littérature, ethnographie), descriptions des pièces de la villa, focus sur un artiste, entretenant ainsi un dialogue fécond entre histoire et fiction, contrainte et liberté, entre ce siècle et le précédent.

Ainsi outre quelques nouvelles pièces de la collection, on pourra découvrir une gamme de mobilier : banc et luminaires, que le scénographe et designer David des Moutis ajoute à la collection présente et continue ainsi d'habiter le lieu.

Le Fonds National d'Art Contemporain, inaugurant une nouvelle forme de collaboration avec la villa Noailles, exposera dans la salle à manger une vaisselle dessinée par l'artiste américain Sol Lewitt. Si cette oeuvre évoque les différentes céramiques qui ornaient cette salle à différentes époques, la figure de l'artiste américain est convoquée à plus d'un titre dans cette villa, dont la rigueur des proportions n'est pas sans rappeler la chambre des fleurs de Theo van Doesbourg.