• Exposition permanente, vue de la salle à manger 2, villa Noailles. Lampshade, Man Ray, 1919-1964. Collection Marion Meyer contemporain. Tissu Simultané n°146, Sonia Delaunay, 1926. Collection particulière. Descentes de lit, Djo Bourgeois, 1926. Fonds villa Noailles.
    © Olivier Amsellem - villa Noailles, 2011
  • Exposition permanente, vue de la chambre de Madame. Tête de Marie-Laure de Noailles, Alberto Giacometti, 1946, plâtre et bronze. Collection Fondation Annette et Alberto Giacometti, FAAG / ADAGP.
  • exposition permanente, vue de la salle à manger 1, villa Noailles
    © Olivier Amsellem - villa Noailles, 2011
  • Exposition permanente, vue de l'escalier, villa Noailles.
    Portrait de Marie-Laure de Noailles, GEB. Lustre, Suspension boule n°6, Jean Perzel, Reproduction de 1982. Musée des Arts décoratifs, Paris.
    © Olivier Amsellem - villa Noailles, 2011
  • Exposition permanente, vue du salon rose depuis l'entrée, villa Noailles. Figure debout, Jacques Lipchitz, 1916. Collection particulière.
    © Olivier Amsellem - villa Noailles, 2011
  • Pays: Chine, Ville: Pékin, Projet: stade olympique, Architectes: Jaques Herzog et Philippe De Meuron.© Iwan BaanExposition permanente, vue du salon de lecture, villa Noailles.
    Fauteuils Transats, Robert Mallet-Stevens, 1929. A droite : modèle restauré en 2011, Acquisition des Amis de Saint-Bernard, 2011. A gauche : modèle non restauré. Collection particulière.
    © Olivier Amsellem - villa Noailles, 2011
  • Exposition permanente, vue du salon de lecture, villa Noailles.
    Fauteuil Transat, Robert Mallet-Stevens, 1929. Modèle non restauré. Collection particulière.
    © Olivier Amsellem - villa Noailles, 2010

  • exposition permanente, vue de la chambre Sybold van Ravesteyn, villa Noailles
    © Olivier Amsellem - villa Noailles, 2011
  • Exposition permanente, vue de la chambre Sybold Van Ravesteyn.
    © Olivier Amsellem, villa Noailles, 2011
hyères 27
Charles et Marie-Laure de Noailles, une vie de mécènes / accrochage octobre 2011 horaires
villa initiale
Exposition permanente
 
Le projet consiste à redonner au public les clefs pour appréhender la « petite maison intéressante à habiter » de Charles et Marie-Laure de Noailles et (re)découvrir l’extraordinaire mécénat qu’ils ont mené de 1923 à 1970. L’exposition aborde tous les aspects de cette expérience et explore les liens entre les différents domaines de la création qu’ils ont pu aborder.
Cette exposition prend place dans la partie initiale de la villa : dans les salons, les salles à manger, les chambres d’ami du rez-de-jardin, les chambres de Monsieur et de Madame, la chambre d’ami du dernier étage (environ 250m2 au total). Elle fera le lien par sa scénographie avec la création contemporaine.
 
Direction du projet
Jean-Pierre Blanc est directeur de la villa Noailles (centre d’art) et fondateur du Festival International de Mode et de Photographie à Hyères. Il est membre de l’association des directeurs de centres d’art.
 
Commissaires
Raphaèle Billé. Commissaire d’exposition indépendante, historienne d’art, spécialisée dans les arts décoratifs de l’entre-deux-guerres. Elle co-réalise plusieurs expositions du cycle Documents, à la villa Noailles en 2006 et 2009 et a collaboré à plusieurs publications sur l’histoire du mobilier métallique.
 
Stéphane Boudin-Lestienne. Historien d’art, chargé de mission à la villa Noailles, il est commissaire des expositions du cycle Documents, présentées à la villa Noailles depuis 2003.
 
Alexandre Mare. Éditeur, critique, commissaire d’exposition, ancien directeur de la Galerie Marion Meyer à Paris, il enseigne l’Histoire du livre et de l’édition à l’Université du Havre et à Paris X. Critique littéraire d’Artpress et de la Revue des Deux Mondes, il a publié une monographie sur l’artiste Michel Aubry, Salle d’armes (Marion Meyer Éditions), un essai, Sexe ! Le trouble du héros (Moutons électriques éditeurs) et il prépare actuellement la publication de la correspondance de René Crevel aux Editions du Seuil.
 
Principe du projet
Confiée à David Dubois, la scénographie tient compte de la contrainte de refaire « l’histoire en son lieu même ». Le projet s’oriente vers une exploitation du lieu la plus discrète et la plus respectueuse possible de la cohérence originale des espaces. Les volumes et les installations d’origine doivent rester lisibles et ne pas entrer en conflit avec des interventions contemporaines qui revendiquent leur identité propre. Accueillant la création sous toutes ses formes, la villa Noailles devient ainsi un exemple de réutilisation du patrimoine architectural, non seulement dans son ouverture aux artistes contemporains, mais aussi dans le rapport à son propre passé.
La signalétique, confiée à Frédéric Teschner, doit accompagner cette scénographie en essayant de produire le minimum de repères possible. Certaines « références » aux usages des propriétaires sont réactivées comme des introductions à la culture du lieu. Ainsi est envisagée, en partenariat avec Sèvres - Cité de la céramique, la création de vases par différents designers pour accueillir les bouquets de fleurs. Cette idée renvoie à l’une des raisons d’être du bâtiment, implanté dans un jardin bouquetier, fierté des Noailles.
Les aménagements paysagers du lieu, imaginés avec Christophe Ponceau, prolongent cette démarche.
 
David Dubois, scénographie
Designer, il est diplômé de l’Ensci-les Ateliers (2003) et présente pour la première fois son travail à la villa Noailles en 2004 (Débuts). Il réalise depuis de nombreuses scénographies à la villa et une commande pour l’une des chambres de résidence (2007/2008). Il est représenté et édité par la galerie kreo, édité par FR66 et auto-produit certaines de ses créations. Il est enseignant à l’ESAD (Reims). Certaines de ses pièces appartiennent aux collections permanentes du Mudam (Luxembourg).
 
Frédéric Teschner, identité graphique du projet et édition
Diplômé de l’ENSAD de Paris, il collabore avec des architectes, des designers, de jeunes chorégraphes, des galeries (In Situ, kreo) et le Théâtre de Gennevilliers. À partir de 2003, il conçoit les identités visuelles de plusieurs expositions pour le Centre Pompidou, le Mémorial de la Shoah, le MAC/VAL, le Musée d’art moderne de la Ville de Paris. Il travaille également avec des centres d’art (villa Noailles, Cneai, DCA, Association de centres d’art contemporain) ou des institutions du ministère de la Culture et de la Communication telles le CNAP (Centre national des arts plastiques) ou la DAP (Direction des arts plastiques). Il enseigne le design graphique à l’ESAD d’Amiens et à l’EHAD (Genève).
 
Christophe Ponceau, aménagements des jardins
Paysagiste-scénographe, (École Boulle et Architecte DPLG), il collabore avec le paysagiste Gilles Clément à partir de 1997 et commence une activité de scénographe. Il réalise la partie végétale de l’exposition Le Jardin planétaire (Grande Halle de la Villette, Paris) en 2000 et est en charge de la programmation d’interventions contemporaines du Parc de la Ferté-Vidame depuis 2006.