© Olivier Amsellem / villa A., vue depuis la terrasse des chambres


© Olivier Amsellem / villa au Gaou Bénat


© Olivier Amsellem / "gaou piéton" aménagé


© Olivier Amsellem / toit-jardin d'une villa au Gaou Bénat


© Olivier Amsellem / villa A., au sommet du cap

 

 


architecture
|22.02.2009 / 05.04.2009 |

ANDRÉ LEFÈVRE ET JEAN AUBERT
Architecture de la disparition
| Villa Noailles |

Nos paysages varois souffrent d'une forme d'urbanisation colonisante, où la question architecturale se résume trop souvent à un choix de coloris d'enduits sur « des modèles néo-provençaux ». Ils n'apportent aucune réflexion sur nos modes de vie contemporains dans le sud et méprisent nos espaces naturels. Pourtant, dès les années 50, deux jeunes architectes varois, André Lefèvre-Devaux et Jean Aubert, ont réalisé de nombreuses habitations qui étaient - et demeurent - de véritables architectures à l'échelle du paysage. Souhaitant témoigner de cette histoire, et de la vie qui continue à habiter ces lieux, la villa Noailles présente, du 22 février au 5 avril 2008, une exposition consacrée au travail de ces deux architectes, à travers une sélection de projets remarquables. Elle entend ainsi offrir matière à débattre, mais aussi, et surtout, à considérer d'autres réels, comme pour chaque exposition d'architecture présentée à la villa.
Florence Sarano, architecte